Archives
Categories
Archives
Estimated reading time: 2 minutes
Contact La Leche League International

Estimated reading time: 2 minutes


Montagnes Russes Français / Histoires de Mères / Traductions
Charisse Ann Dirain-Jain, Cebu City, Philippines
Traduit en français par Isabelle Seroul, Fontenay-sous-Bois, France
English Español Deutsch

Les hauts et les bas de l’allaitement.

Je suis une mère active. J’analyse les spécification techniques des flux d’information et les applications utilisées par les clients pour créer, comme par magie, des applications concrètes sur iPhone. Je travaille du lundi au vendredi selon un horaire régulier : 9h30-17h, avec une pause à midi.

Je travaille également dur pour satisfaire les besoins de mon bébé. Et ça, l’argent ne peut pas l’acheter. Je donne le meilleur de moi-même à mon enfant. Je suis une mère qui allaite avec fierté.

Iker a été un enfant exclusivement allaité dès le premier jour. J’ai accouché par césarienne et après mon opération, l’infirmière me l’a apporté pour qu’il tète. Je ne pouvais pas bouger ou le tenir parce que je me sentais encore engourdie par l’anesthésie, mais j’ai pleuré de bonheur lorsque l’infirmière l’a maintenu pour qu’il puisse se nourrir à mon sein. Cela a été un pur moment de bonheur.

Et j’ai continué à l’allaiter. Bien sûr, nous avons été embarqué pour un tour de montagnes russes avec des hauts et des bas, des pleurs, des mamelons douloureux, l’envie d’abandonner car je ne savais pas ce que je faisais de mal, la pression de la famille et des amis qui n’étaient pas sûrs que je produisais suffisamment de lait, les nuits sans sommeil, des douleurs intenses à cause de ma cicatrice de césarienne, la gestion de mon temps de travail, l’allaitement avant de partir travailler, pendant mes pauses de midi et une fois la journée terminée. Mais j’ai puisé mon courage dans les hauts de ce voyage. J’ai affiché un sourire malgré les cahots et j’ai survécu.

Iker est un bébé intelligent, heureux et en bonne santé de huit mois. Je vais continuer à l’allaiter aussi longtemps qu’il le désirera.

Mon voyage en tant que mère allaitante me fait penser à ce poème : “The Road Not Taken” de Robert Frost. « J’ai pris le chemin le moins fréquenté et cela a fait toute la différence. »

J’ai puisé mon courage dans les hauts de ce voyage. J’ai affiché un sourire malgré les cahots et j’ai survécu.

Heureux allaitement !

 


Leave a Reply

Your email address will not be published.